Fête de la gratuité au Musée du Costume et de la Dentelle

Du 06-09-2015 au 06-09-2015

Ce dimanche 6 septembre, Arts&Publics et le Musée du Costume et de la dentelle vous invite à une nouvelle fête de la gratuité.

Robes à la française et mini-robes, corsage du 19e siècle et chapeaux de créateurs, capes et éventails, minaudières et sacs en 
bandoulière, dentelles de Bruxelles et de Binche, revues de mode et gravures originales, le musée rassemble depuis ses débuts des pièces diversifiées et significatives de l'histoire de la mode.  Les collections sont constituées à partir de dons privés ou d'achats en vente publique permettant tantôt de conserver le patrimoine textile tantôt de compléter les collections afin de proposer une 
exposition sur une thématique particulière. Des normes strictes régissent la conservation des textiles, ceux-ci ne peuvent être 
exposés de manière permanente. Le Musée présente donc par roulement ses nouvelles acquisitions à travers des expositions 
annuelles. L'actuelle visible jusqu'au 10 avril 2016 est consacrée à la mode féminine de 1850 à 1890.  Le musée fait également la part belle à la création textile contemporaine grâce à sa Textile Box. Suite à un appel à projet lancé une fois tous les deux ans, un
jury de professionnels sélectionne quatre artistes dont le travail traduit les enjeux de la création textile. Les expositions qui 
naissent de ces projets dévoilent les multiples facettes de cette discipline contemporaine tout en rencontrant l'actualité des 
designers/ artistes. A côté de celles-ci, la Textile Box accueille également, une fois par an, le travail d'une école d'Art de la Ville.
Le dimanche 6 septembre 2015, les participants d'Arts&Publics auront naturellement l'accès gratuit à l'exposition « Crinolines & cie. La bourgeoisie s'expose (1850- 1890) ».
La crinoline prend d'abord la forme d'un jupon armé de crin (d'où elle tire d'ailleurs son nom), renforcé de baleines et très empesé. Elle va ensuite se déployer grâce à des cerceaux concentriques d'osier puis de métal. La crinoline métallique, véritable nouveauté, est produite industriellement dès 1854 en Angleterre et en France. Elle présente l'avantage de désentraver les jambes mais aussi le risque de les montrer de façon inadéquate. Désormais, pour sauvegarder l'honneur, les dames portent des tuyaux de modestie ou 
pantalons de lingerie, jusque-là réservés à certaines pratiques, comme la danse et l'équitation. Il y a des crinolines de toutes sortes: des crinolines cages ne laissant paraître que la structure métallique, savamment agencée pour garantir une meilleure articulation, à celles dont la structure est emprisonnée dans un jupon d'étoffe. Leurs formes évoluent au gré du temps, de la mode et des 
innovations techniques, mais toutes confèrent à la silhouette une forme extravagante.
Les robes portées au-dessus de ces structures, sont appelées par métonymie crinolines ou robes à crinoline. Elles sont mises en 
contexte par des portraits-carte de visite, issus d'ateliers bruxellois. Ces photographies de petit format (6 x 9 cm), nées en 1854 de
l'imagination d'André Disdéri, donnent aux bourgeois l'occasion de mettre en scène leur réussite sociale.

Animations spéciales Fête de la Gratuité
Visite guidée de l'exposition "Crinolines & cie. La bourgeoisie s'expose (1850- 1890)"
En FR : à 13h, 15h et 16h / En NL : à 14h
Max. 20 personnes par visite (inscription le jour même à l'accueil) 

Visite des réserves du Musée par Caroline Esgain, responsable des collections
A 14h30 et à 15h30
Max. 12 personnes par visite (inscription le jour même à l'accueil)

Inscrivez-vous à notre événement sur Facebook ici.