STILL STANDING FOR CULTURE : ceci n'est pas une mascarade

Ceci n’est pas une mascarade. Ces masques sont le reflet de cette collectivité qui se résigne et patiente depuis un an déjà.  C’est pourtant cette même collectivité qui crée, engendre et forme cette multitude que l’on appelle la culture.

« La réalité bruyante et assourdissante des temples de la consommation, elle, a pu reprendre. Dans les églises, le culte des dieux enfuis, ou de celui qui va advenir peut à nouveau être célébré. Le monde de la culture lui, encore et toujours depuis le début de cette pandémie, marque le pas ! Dans nos théâtres, salles de concert, cinémas, boite de nuit et autres lieux alternatifs… c’est toujours le temps de la détresse, le temps de l’incompréhension, le temps marqué par un double manque et une double négation, le "ne plus" et le "pas encore". Les acteurs culturels ne peuvent plus s’exprimer et nos lieux ne peuvent pas encore jouer ! Une réouverture plusieurs fois annoncée, plusieurs fois repoussée, et encore interdite à l’heure où je lis ces mots. Nous n’en pouvons plus de ce silence, de cette abnégation, de cette résignation. »

Espérons que ces mots soient entendus par les responsables du gouvernement et qu’une réouverture même partielle des lieux de vies et de cultures puisse avoir lieu dans les semaines qui viennent.

Jonathan Giacomelli (Arts&Publics)

 


Texte en italique : extrait du texte de Martine Legrand de la Scène d’Albi : 12/12/2020)