Vous possédez des souvenirs d’un amour perdu ? Faites un don au “Musée des Relations Brisées” au Parlamentarium

Vous avez des objets qui symbolisent un amour perdu ou une rupture ? Si oui, vous êtes cordialement invités à en faire don, accompagnés de leur histoire, à une exposition proposée par le “Musée des Relations Brisées” de Zagreb au Parlamentarium, le centre des visiteurs du Parlement européen du 16 Juin jusqu’au 15 Octobre 2014.

Le Musée des Relations Brisées, l’un des plus populaire de Zagreb (Croatie), a été construit autour d’un principe très simple – l’universalité du sentiment d’amour et de sa perte. Cette collection est composée d’objets évocateurs, vestiges silencieux de la disparition de l’amour et des relations perdue, qui sont affichés anonymement à l’aide des histoires personnelles et subjectives des seuls textes de leurs donateurs.

Au fil des ans, le musée “Relations Brisées” de Zagreb a exposé dans plus de 27 villes à travers le monde. Ces expositions sont constituées en partie de pièces de sa collection propre, et de celles données par les habitants des villes parcourues par l’exposition.

Le Musée des Relations Brisées, lauréat du prix Kenneth Hudson 2011 récompensant les musées les plus innovants d’Europe, emmène ses visiteurs dans un voyage unique au monde au travers de centaines de ruptures – romantiques ou autres. Cet assortiment mouvant d’objets cathartiques de l’amour perdu est devenu la clé de voûte d’un musée social capable non seulement de préserver un patrimoine affectif individuel ou collectif, mais également de le partager.

Comment faire un don
 
Quiconque peut devenir une part de l’histoire émotionnelle mondiale ! Il suffit de remplir le formulaire de don sur www.brokenships.com pour recevoir une confirmation par e-mail avec les instructions à suivre.

Les dons peuvent être effectués du 1er avril au 18 mai.

Tous les objets récoltés seront exposés au Parlamentarium ou en ligne (au cas où le nombre d’objets donnés dépasse l’espace disponible). Les objets reçus seront exposés de manière anonyme et ne seront pas rendus par la suite.

Parlamentarium
 
L’objectif du Parlamentarium est de partir à la rencontre du public afin de lui faire découvrir les différentes facettes de l’Europe et l’Union européenne. À cet effet, il met de nombreux outils multimédia interactifs à disposition des citoyens pour leur donner un aperçu du Parlement européen et des autres institutions de l’UE. Les visiteurs pénètrent dans le cœur du Parlement européen, afin de voir comment les décisions politiques qui y sont prises influent directement sur notre vie quotidienne. Le Parlamentarium est accessible en 24 langues et 4 langages des signes (EN, FR, NL et ALL). Il est ouvert à tous les citoyens sept jours sur sept gratuitement et sans conditions d’accès.

Quelques exemples de pièces :
Dreads
Alfortville, France
oct. 2001 – août 2008
Une relation à la 39°C qui a fini par une supernova
et a laissé un énorme trou noir…
C’étaient des jours difficiles – des jours dangereux.

Une carte postale
Yerevan, Armenie
Je suis une femme de 70 ans originaire d’Erevan, la capitale de l’Arménie. J’ai visité Zagreb en 1967. Cette ville est très proche de mon cœur. Quand j’ai découvert dans un journal local l’existence du Musée des Relations Brisées, j’étais triste et heureuse à la fois. Voici une carte postale qui a été insérée dans la fente de ma porte il y a fort longtemps par le fils de nos voisins. Il était amoureux de moi depuis 3 ans. Suivant la vieille tradition arménienne, ses parents sont venus chez nous pour demander ma main. Mes parents ont refusé en disant que leur fils ne me méritait pas. Ils partirent en colère et très déçus. Le soir même, leur fils a jeté sa voiture d’une falaise…

Une robe de mariée
1994 – 1997
Berlin, Allemagne
Nous nous sommes mariés en Grèce et au Japon lorsque nous avions à peine plus de 20 ans. J’ai porté cette robe le 20 août 1994 à Kavala, en Grèce. Nous avions 800 invités. Un magazine grec rapportait le mariage de trois pays. Une station radio avait même créé une édition spéciale. Contre notre volonté, nous sommes devenus plutôt célèbres là-bas, menant à de nombreuses questions indiscrètes de personnes diverses nous pointant du doigt. Notre objectif était d’avoir un foyer heureux avec plein d’enfants.
Mais Mère Nature ne nous a pas desservie – d’ailleurs, les enfants ne pouvaient-ils pas attendre jusqu’à la fin de nos études ?
C’était très importante pour lui – cet homme très heureux depuis le début – d’être un jeune père. Finalement, rien ne manquait… Lentement, la page tourna. L’impatience fît pencher la balance et voila notre bonheur initial d’un ciel gris foncé, construisant un mur blanc et épais entre nos champs de vision, étouffant chaque sentiment dans l’œuf.
D’autre part, certaines choses devenues claires de son côté, m’ont poussées à me séparer de lui et de retourner en Allemagne après un certain temps, mais pas à Stuttgart, ma ville natale. C’est finalement Berlin qui m’a conquis pour me retrouver de plus en plus dans cette ville et les gens qui m’y aiment. J’ai commencé à m’y sentir à la maison et même à fonder une famille. Le meilleur moment a été de me sentir devenir cette adulte indépendante, capable d’offrir une vie sûre à un petit être, et donc de ne pas être seule.

Leave a Reply