Musées et jeu video : les rencontres inattendues

Pokémon Go s’invite dans les musées ! Blague à part, les musées s’intéressent au jeu vidéo. Le phénomène prend des formes diverses. Pour Arts&Publics et PointCulture porteurs du projet VideoMuz, il s’agit d’un axe de travail important. Trois projets de nature fort différente viennent d’émerger en 2016. Venez les découvrir, rencontrer leurs équipes et échanger vos points de vue ce vendredi 2 septembre à 15h30 au Brussels Creative Forum à Bozar.

Projets présentés :

Artoquest
par Pierre-Yves Hurel (ULG, Arts&Publics) et Michel de Reymaeker (Musées de Mons)

Le Passeur
par Arnaud Quertinmont (Musée de Mariemont) et Corentin Ballieux (Curious craft)

Web 1895
par Fishing Cactus et le Mundaneum

Les débats seront présentés et les jeux commentés par Mickael Blum, critique jeu video.

Infos: info@artsetpublics.be
Inscriptions via eventbrite ici

Artoquest
Le programme Videomuz, développé par Arts&Publics et PointCulture. Ce projet propose de mettre la démocratisation actuelle de la production de jeux vidéo au service de la médiation muséale en amenant un groupe d’usagers d’un musée à créer une œuvre ludique basée sur une des thématiques du musée en question, pour ensuite la mettre à disposition du public et l’utiliser comme outil de médiation. Pour la première édition, les musées de Mons via l’Artothèque ont été sélectionnés. Un groupe très diversifié en termes de genre, d’âge et d’origine sociale s’est fait par séances d’infos et annonces diverses. Le jeu a été dévoilé le 22 août 2016 à l’Artothèque. www.artoquest.com

Le passeur
Après avoir développé notre offre pédagogique à destination des familles avec enfants entre 6 et 12 ans, nous voulions relever le défi de nous adresser aux adolescents. Le jeu vidéo nous a semblé être un médium attractif. Grâce à la collaboration avec Technocité, Curious Craft et un échantillon d’utilisateurs test, notre projet sur papier est devenu réalité. A travers la mythologie égyptienne, le joueur est invité à aider le dieu soleil en parcourant les vitrines du musée. Cet outil allie donc observations, énigmes, combats sous une forme ludique et esthétiquement adaptée au public cible.

Web 1895
Pas de doute, cette fois ça y est : les gamers ont pris possession du Mundaneum, le « Google de papier » ! Objectif : Célébrer la dimension collaborative de la connaissance… et passer un chouette moment en apprenant. Mundaneum Web 1895 s’adresse à celles et ceux qui dès l’âge de 9 ans, souhaitent découvrir le Mundaneum autrement. Pourquoi Web 1895 ? Parce que l’idée du web germait dès le 19ème siècle dans l’esprit de deux bibliographes belges : Paul Otlet et Henri La Fontaine, fondateurs du Mundaneum ! Grâce au projet multipartenaire JIRA, la société montoise Fishing Cactus a développé un jeu géolocalisé dans l’espace muséal du Mundaneum. Fruit d’une collaboration de deux ans entre une entreprise de gaming et une institution de patrimoine culturel, ce parcours sur mesure permet au visiteur-joueur de résoudre des énigmes via des petits jeux et d’accéder à des contenus sur l’histoire de l’institution depuis sa création en 1895. Un réseau mondial qui se densifie au fil des contributions de joueurs, un smartphone à classer suivant le principe de la Classification décimale universelle inventée par les fondateurs du Mundaneum Otlet et La Fontaine, ou encore une salle du « Palais Mondial-Mundaneum » de 1915 à recomposer en puzzle…autant d’épreuves qui challenge le visiteur de 9 à 99 ans !

One Response to “Musées et jeu video : les rencontres inattendues”

  1. Claire-Marie Vandermensbrugghe

    Merci pour l’invitation à participer à cet échange ce vendredi 2 septembre 2016.
    Je participe.
    Bien à vous,
    Claire-Marie Vandermensbrugghe

    Reply

Leave a Reply